Archives de catégorie : Annuaire

Marion Henry

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine

Contact : marion.henry[at]univ-paris1.fr

Thèmes de recherche

Mes travaux portent sur l’histoire des pratiques artistiques amateurs et des loisirs au sein des bassins miniers britanniques au XXe siècle. Ils se situent à l’intersection de :

  • l’histoire sociale et culturelle des cultures populaires et en particulier des musiques populaires
  • l’histoire de la Grande-Bretagne au XXe siècle
  • l’histoire sociale et politique des mondes ouvriers
  • l’histoire de la désindustrialisation
  • l’histoire des femmes et du genre
  • l’histoire des politiques sociales et du Welfare State britanniques
  • l’histoire orale

Thèse de doctorat soutenue en décembre 2021 « Every village would have a band » : Building Community with Music. A Social and Cultural History of Brass Bands in British Coalfields, 1947-1984 » sous la direction de Paul-André Rosental et d’Arthur McIvor.

Résumé de la thèse :

Mon travail de thèse utilise l’objet des brass bands, ou fanfares, affiliées à l’industrie minière britannique, pour analyser les effets conjoints des transformations de la culture de masse et du processus de désindustrialisation sur les mondes ouvriers en Grande Bretagne entre 1947 et 1984.

Combinant des sources de nature variée et intégrant notamment une enquête orale, cette étude est menée à la fois dans une perspective d’histoire culturelle et d’histoire sociale. D’une part, cette thèse réinvestit les questions formulées par les cultural studies surs les transformations et la marginalisation des cultures ouvrières dans la seconde moitié du XXe siècle. D’autre part, ce travail s’appuie sur les renouvellements des travaux d’histoire sociale sur les mondes ouvriers.

Cette thèse formule l’hypothèse générale qu’entre 1947 et 1984, bien que les brass bands miniers soient de plus en plus marginalisés au sein des cultures populaires et fortement affectés par le processus de désindustrialisation, ils demeurent des acteurs culturels et politiques centraux des bassins miniers et participent à reconstruire symboliquement les communautés minières.

Recherches en cours :

Mes recherches actuelles se concentrent sur l’histoire de la féminisation des pratiques créatives et récréatives au sein des bassins miniers britanniques entre les années 1920 et les années 1980. Outre la féminisation des activités, il s’agit également de s’interroger sur l’inscription spatiale de la division genrée des pratiques de loisirs au sein des bassins miniers, en s’intéressant notamment aux miners welfare clubs, qui focalisent les activités socio-culturelles dans ces territoires.

Parcours

  • Depuis septembre 2013 : maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
  • 2022-2023 : ATER en civilisation anglophone à l’Université Paris Nanterre
  • 2021 : Doctorat en histoire de l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Paris et de University of Strathclyde (co-tutelle)
  • 2020-2022 : ATER en histoire contemporaine à l’IEP de Paris
  • 2016-2019 : Doctorante contractuelle et monitorat à l’IEP de Paris
  • 2015-2016 : Professeure stagiaire d’histoire-géographie, lycée Paul Langevin, Suresnes
  • 2015 : Agrégation externe d’histoire
  • 2013 : Master d’histoire de l’IEP de Paris

Réseaux de recherches et projets collectifs

Membre du projet « Deindustrialization and the Politics of our Time » (DéPOT) (2020-2027). Projet de partenariat du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada (CRSH) » coordonné par Steven High, Concordia University.

Publications

Articles dans des revues à comité de lecture
  • « The Cultural Impact of Deindustrialisation on Scottish Coalmining Communities and Brass Bands, 1950s-1984 », Scottish Labour History, n° 57, 2022, p. 139-164.
  • « Des coulisses à la scène : la féminisation des brass bands au sein des bassins miniers britanniques (1945-1984) », Le Mouvement Social, n°274, 2021, p. 119-135.
  •  « Cultures ouvrières et musiques populaires en Grande-Bretagne : Le cas des brass bands miniers de 1945 au début des années 1970 », Volume !, n°16, 2019, p. 145-160.
  • « Les usages politiques et formes de politisation des cultures minières britanniques (1945 – début des années 1960) : le cas des brass bands », Cahiers Jaurès, n°230, 2018, p. 91-107.
Publications en ligne
  • « YMHC #6 : Organising musical practice in mining brass bands (1947-84), Young Mining Historian Corner, Labour in Mining Blog, juin 2022. En ligne : https://lim.hypotheses.org/2155

« “Coaldust Ballads”: Dust in British coalmining songs » pour le projet de recherche ERC « SILICOSIS – de la silicose aux maladies respiratoires chroniques : une approche par l’histoire épidémiologiques en France, en Europe et en Afrique Australe, de 1900 à nos jours », septembre 2013. En ligne : https://www.sciencespo.fr/silicosis/content/silicosis-popular-culture.html

Diffusion de la recherche

« The feminization of brass bands in British mining communities », Deindustrialization and the Politics of our Time podcast, février 2022. En ligne :

Cédric Thénard

Courriel : cedric.thenard@orange.fr

Champs de recherche

  • Histoire culturelle
  • Histoire sociale
  • Histoire politique
  • Histoire culturelle et sociale de la musique

Parcours universitaire

Doctorat en histoire contemporaine : Culture politique et société à Angers de 1918 à 1977, thèse de doctorat sous la direction de Françoise Taliano-des Garets, préparée à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenue le 29 novembre 2023. Jury : Pascale Goetschel (Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Laurent Martin (Professeur à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), Yannick Simon (Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole), Emmanuel Bellanger (Directeur de recherche CNRS), Christine Manigand (Professeure à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), Gilles Richard (Professeur émérite à l’Université Rennes 2), Françoise Taliano-des Garets (Professeure à l’IEP de Bordeaux).

Master 2 Recherche Histoire des sociétés occidentales contemporaines, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, sous la direction de Pascal ORY, mention Très Bien. Mémoire de recherche : Contribution à une histoire de la modernité musicale : le Festival d’Angers Musiques du XXe siècle (1983-1990).

Master 2 Histoire de la musique et de musicologie, Université Paris IV-Sorbonne, sous la direction de Danièle Pistone, mention Très bien. Mémoire de recherche : La Voix humaine, tragédie lyrique de Francis Poulenc et de Jean Cocteau.

Publications

Ouvrage

Contribution à une histoire de la modernité musicale : Le Festival Angers, Musiques du XXe siècle (1983-1990), Paris, L’Harmattan, 2016.

Articles

« Le Hot Club d’Angers : les premiers pas du jazz à Angers (1937-1957) », Archives d’Anjou, n°22, 2021, p. 160-172.

« La Société des Concerts Populaires et la politique culturelle de la municipalité d’Angers entre les années 1950 et 1970 : tradition et volontarisme », Nicolas Dufetel, Denis Huneau (dir.), 140 ans de musique instrumentale à Angers (1877-2017). Autour de la Société des Concerts Populaires, Paris, L’Harmattan, 2020, p. 303-330.

Communications

« Une histoire du Festival Angers, Musiques du XXe siècle (1983-1990) », colloque Roger Tessier, de l’Itinéraire au Festival Angers, Musiques du XXe siècle : un parcours de créations, Université catholique de l’Ouest, 18 et 20 novembre 2014.

« La Société des Concerts Populaires et la politique culturelle de la municipalité d’Angers entre les années 1950 et 1970 : tradition et volontarisme », colloque 140 ans de musique instrumentale et populaire à Angers : lieux, figures et institutions, Université catholique de l’Ouest, 29 et 30 novembre 2017.

Eva Muller

Contact : Eva.Muller@univ-paris1.fr

Thèmes de recherche : imaginaires urbains, représentations, tourisme, voyage, sensibilités

Doctorat

Empire(s) des sens. La dimension sensorielle de l’invitation au voyage, Paris – Londres – Bruxelles (Années 1890 – Années 1930) – sous la direction de Pascale Goetschel.

A la fin du XIXe siècle, les imaginaires touristiques des capitales européennes, d’autant plus lorsque l’on se concentre sur leurs aspects sensoriels, semblent perdre leur pluriel tant leurs descriptions se rejoignent : Paris reste le modèle, l’Empire des sens par excellence, mais les ambiances de Londres et Bruxelles s’en rapprochent. L’argument « comme toutes les grandes villes » suit parfois les énumérations des caractéristiques des capitales. Le bruit ambiant, la beauté des monuments, les physionomies des habitants, la diversité des restaurants, l’offre conséquente des lieux de divertissement, les émotions provoquées par la ville sont ainsi régulièrement évoquées ; répondant à la quête de sensations des visiteurs. L’existence d’un modèle commun, d’un empire des sens au singulier, englobant ces capitales est alors à questionner. Pourtant, un fort désir de singularité apparaît toujours dans les supports de l’invitation au voyage : les identités nationales continuent de s’affirmer, mues par la nécessité de distinguer suffisamment la ville pour qu’elle soit l’objet d’une visite. Au croisement d’une histoire du tourisme, des représentations et des sensibilités, mon approche comparative permettra une étude complète des imaginaires « empires des sens », proéminents dans les supports destinés aux voyageurs. 

Parcours

  • Depuis 2023 : Doctorante au CHS
  • 2021 – 2023 : Master recherche à Paris I Panthéon-Sorbonne, mention très bien
    Mémoire : Paris au prisme des guides des plaisirs. Une plongée dans la fabrique d’un imaginaire (1867 – 1945).
  • 2018 – 2021 : Licence d’histoire à Paris I Panthéon-Sorbonne

Publication

  • Eva Muller, « Les guides des plaisirs de Paris : retrouver les traces du temps (1867 -1949) », Revue d’histoire culturelle [En ligne], 7 | 2023.

Jon Aldabaldetreku

Je suis sociologue de profession, et je suis actuellement un chercheur en doctorat en histoire contemporaine à l’Université du Pays Basque/Euskal Herriko Unibertsitatea (Pays Basque). Je suis  titulaire d’une Master en Histoire Contemporaine (EHU-UPV) et  d’une autre en Formation des Enseignants (Universidad Nebrija). Ma  langue maternelle est le basque, je parle couramment l’espagnol  et l’anglais et j’étudie actuellement le français.

Je travaillerai pour la thèse de doctorat pendant 4 mois au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (Paris 1-Panthéon Sorbonne/CNRS). Ma thèse porte sur le processus de prolétarisation des villages et quartiers de la région de Saint-Sébastien entre 1940 et 1980. Je suis particulièrement intéressé par les thèmes de l’histoire urbaine, de la ségrégation urbaine, de la migration, du développement urbain et de l’étude des différences selon les classes sociales.

 Contact: jon.aldabaldetreku@ehu.eus

 ORCID : https://orcid.org/0000-0002-9497-3772

Axes de recherche

  • Histoire urbaine et migration
  • Ségregation urbaine et sociale
  • Développement démographique

Programmes de recherche

  • 2022-2024 : membre d’équipe de travail du projet « RED2022-134736-T, Historia urbana: análisis y representacion de la transformacion de las ciudades, siglos XIX-XXI », Programme financé par Ministère de la Science et de l’Innovation de l’Espagne, piloté par José María Beascoechea Gangoiti (Euskal Herriko Unibertsitatea EHU-UPV (Pays Basque).           
  • 2021-2024: Proyecto de I+D+i, PID2020-116797GB-I00, «El mapa de la desigualdad: las ciudades en la primera mitad del siglo XX», Programme financé par Ministère de la Science et de l’Innovation de l’Espagne.

Publications

Articles dans des revues à comité de lecture
Exposés des différents congrès

Adhésion

  • Groupe de recherche: Histoire urbaine: population et patrimoine. Université du Pays Basque (EHU-UPV). Groupe financé par le Gouvernement Basque sous le code IT1618-22 : https://www.science.eus/es/groups/historia-urbana-poblacion-y-patrimonio
  • Miguel de Aramburu Association des historiens guipuzcoans. Donostia, Gipuzkoa, Pays Basque. https://migueldearanburu.wordpress.com/
  • Représentant du personnel de recherche sous contrat et des titulaires de bourses de recherche au sein du conseil du département d’histoire contemporaine de l’UPV/EHU. (2022-2026)

Jean-Barthélemi Debost

Contact : djib93@free.fr

Membre associé

Je suis titulaire en 1985 d’un doctorat en histoire africaine contemporaine : « L’Afrique des Blancs; Images africaines et propagande coloniale dans la presse française de la fin du XIX° siècle » (Université de Paris I -Sorbonne).

Au fil de mes différents emplois au sein d’établissements privés ou publics, j’ai développé plusieurs thématiques :

  • mobiliser et mettre en synergie des acteurs de différentes natures (collectivités, praticiens, associations, institutions, chercheurs…) ;
  • participer au développement de territoires en matière d’inclusion culturelle et sociale en mobilisant l’histoire, la mémoire, le patrimoine, … dans une dynamique de projets articulant science et société, échelle locale et échelle internationale ;
  • favoriser la transversalité des disciplines et l’inter culturalité des acteurs (institutions, associations, universités, collectivités, …).

Parcours professionnel

Pour mémoire  j’ai travaillé au sein de l’association Thécif (Coordinateur du dispositif d’éducation des jeunes à l’image Cinéville  en Ile de France), du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis (Responsable de la médiation au sein du Service du patrimoine culturel puis co concepteur du projet européen « WELDI » [Welcome and Empowerment for Local Dignified Integration] au sein de la Direction Europe et international), du Musée national de l’histoire de l’immigration (Responsable de la Direction  du réseau et des partenariats), de l’Institut Convergences migration (Responsable de la Médiation scientifique et des partenariats locaux).

J’ai été cofondateur et animateur du GIS Ipapic (Institution patrimoniale et pratiques interculturelles) 2008-2015
Je suis membre du Conseil d’administration et du Conseil scientifique de Profession Banlieue (Centre ressources de la politique de la Ville en Seine-Saint-Denis) et membre du Conseil d’administration de Ancrages (Centre ressources sur les cultures et mémoires d’exils à Marseille).

Projet de recherche 

Emergence, on non, d’un personnel politique immigré ou issu de l’immigrations dans les conseils municipaux en Seine Saint Denis.
Il s’agit de dresser un tableau historique, géographique et politique de la présence de conseiller.ère.s municipaux.ales immigré.e.s ou issu.e.s de l’immigration, dans les équipes municipales des 40 villes du département de la Seine-Saint-Denis. Quand et où, l’électorat séquano dyonisien porte son choix sur des candidat.e.s dont le nom est d’origine étrangère. Cette recherche s’inscrit dans une réflexion plus large sur la notion de territoires tremplin[1]. Ou comment sur les deux dernières générations, la Seine-Saint-Denis est ou non une « machine à intégrer ».

[1] Comment les migrants changent le monde, Doug Saunders, Editions du Seuil, 2012, 440p.

Publications, interventions, enseignements, participation …

Thibaut François

Thèse en préparation (Depuis 2020)

« Faire un pas avec le peuple ». Les Comités de Défense de la Révolution de Ouagadougou  et la Révolution burkinabè »

Université Paris 1-Panthéon Sorbonne sous la co-direction de Françoise Blum (CHS) et Vincent Bonnecase (IMAF)

Formation et expérience professionnelle dans l’ERS et l’EN:

2023-2024 :       Histoire de l’espace sahélo-soudanien occidental : colonisations et décolonisation, CM de L3, Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO)

2023-2024 :       Histoire de l’espace sahélo-soudanien occidental : les royaumes et empires des XVIIIe-XIXe siècles, CM & TD de L2, Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO)

2022-2023 :       Introduction à l’histoire de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique, TD de L1, Université Paris Cité

2018-2019 :       Master 2 Histoire Recherche Université Paris I, Paris (75)

  • Mémoire : « Bienvenue au Burkina Faso, tombeau de l’impérialisme ». La Révolution burkinabé, bilan et perspectives, sous la direction de Françoise Blum

2016-2024 :       Professeur d’Histoire-Géographie, Lycée Paul Eluard, Saint-Denis (93)

2015 :               CAPES d’Histoire-Géographie

2011-2013 :       Master 2 Histoire Recherche Université Paris X, Nanterre (92)

  • Mémoire : Pauvreté et citoyens pauvres dans l’Athènes classique, sous la direction de Christel Müller

Article :

« Édifier l’État par la kalache. Les Comités de Défense de la Révolution de Ouagadougou et le maintien de l’ordre », Politique Africaine, à paraître.

Ouvrage collectif :

« Quand l’intégrité pouvait développer un pays. Thomas Sankara, « corruption » et l’espace intellectuel du développement » in Pam Zahonogo, Florent Song-Naba, Youmanli Ouoba (dir.), Thomas Sankara et le développement en Afrique, L’Harmattan, France-Burkina Faso, 2023.

Communications :

« Demander l’État en révolutionnaire, l’incarner en CDR. La construction étatique contrariée des Comités de Défense de la Révolution de Ouagadougou durant la Révolution burkinabè », journée d’études Enquêter sur les demandes d’État : des tensions pratiques aux crises généralisées, Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités – Fonds Yan Thomas, 15 juin 2023

« Comment construire le maintien de l’ordre des Comités de Défense de la Révolution de Ouagadougou ? », Journée des doctorant.e.s CHS, Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains, 1er juin 2023

«Passé d’un Etat burkinabè à partir d’un terrain contemporain: le maintien de l’ordre des Comités de Défense de la Révolution de Ouagadougou»,  Actualités de la recherche à l’IMAF, Institut des Mondes Africains, 25 mai 2023

« Comment construire l’histoire des Comités de Défense de la Révolution (CDR) burkinabè ? », Séminaire de Master 2 et de Recherche, Actualités des recherches sur l’Afrique et l’océan Indien, 6 mars 2023, CESSMA – Université Paris Cité « Pourquoi inventer un pays d’Hommes intègres ? Sankara et le développement », Colloque international : Thomas Sankara et le développement, 26-28 juillet 20

You need to add a widget, row, or prebuilt layout before you’ll see anything here. 🙂