Archives de catégorie : Annuaire

Renaud Bécot

Mes travaux s’inscrivent au croisement de l’histoire  environnementale et de l’histoire sociale des mondes du travail, en  portant prioritairement sur la France dans la seconde moitié du  vingtième siècle.
Soutenue en 2015 à l’EHESS, ma thèse portait sur la mutation des préoccupations environnementales au sein des organisations syndicales ouvrières dans la France d’après-guerre et jusqu’aux années quatre-vingts.
Au cours d’un premier post-doctorat (au Centre d’Histoire de Sciences Po), j’ai participé à une recherche collective portant sur l’histoire des impacts écologiques des politiques d’aménagement du territoire au cours de la période contemporaine. En m’intéressant particulièrement à l’industrialisation et à l’équipement touristique des littoraux de l’Europe méditerranéenne, cette enquête permettait d’éclairer l’articulation entre les dynamiques d’anthropisation et de protection des écosystèmes, en inscrivant ainsi les politiques environnementales dans une longue durée. Un second post-doctorat (au LARHRA) m’a conduit à étudier l’évolution de l’action publique en matière de gestion des risques industriels en France, en particulier dans la foulée de l’invention d’une administration de l’environnement. Dans la continuité de ces travaux, je participe actuellement au chantier
Mes travaux récents se sont concentrés sur l’histoire de l’articulation des enjeux de santé au travail et de santé environnementale : depuis l’étude l’action publique relative à ces enjeux jusqu’à la politisation de ces causes à l’occasion de conflits sociaux, tout en s’intéressant à la manière dont ces dynamiques réinterrogent la construction de savoirs sur la santé des populations ou des écosystèmes. Avec le collectif « 350 tonnes et des poussières », nous étudions actuellement la mobilisation d’agents de la fonction publique d’Etat (FPE) qui furent exposés à l’amiante dans le cadre d’une exposition dite « passive » ou « environnementale ». Cette recherche collective permet d’éclairer la construction de réglementations relatives au risque amiante dans la FPE, par lesquelles l’Etat tend à contourner les normes qu’il applique au secteur privé.
Ma recherche actuelle s’oriente vers une histoire sociale et environnementale des mondes du travail pétrolier. Cette recherche vise à repenser l’histoire des activités pétrolières au prisme de leurs impacts sanitaires et écologiques, en s’intéressant autant aux dynamiques d’industrialisation que de désindustrialisation dans les territoires du raffinage de l’Europe occidentale.

Publications (février 2021)
Coordinations de dossiers de revues scientifiques
  • 2021 Avec Marie GHIS MALFILATRE et Anne MARCHAND, « Santé au travail et santé environnementale » (titre provisoire), dossier spécial dans la revue Sociétés contemporaines
  • 2019 Avec Stéphane FRIOUX et Anne MARCHAND, « Sur les traces de la santé environnementale », Ecologie & Politique, n° 58.
Articles dans des revues à comité de lecture
  • (2021) Avec Marie GHIS MALFILATRE et Anne MARCHAND, « Santé au travail et santé environnementale » (titre provisoire), Sociétés contemporaines (à paraître)
  • (2021) « Les valeurs de la santé. Une contestation syndicale de la monétarisation des maladies industrielles, 1966-1987 », Sociétés contemporaines (à paraître)
  • (2020) Avec Giacomo PARRINELLO, « Gouverner le désir de rivage. La fondation du Conservatoire du littoral, 1972-1978 », Le Mouvement Social, n°271, 2020, p. 65-82.
  • (2020) Avec Romain MULARCZYK, « Un catastrophisme au service de l’action publique ? », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 52/1, 2020, p. 49-66.
  • (2020) Avec Giacomo PARRINELLO, Marco CALIGARI, Ismaël YRIGOY, “Shifting Shores of the Anthropocene : The Settlement and (Unstable) Stabilisation of the North-Western Mediterranean Littoral Over the Nineteenth and Twentieth Centuries”, Environment and History, 2020.
  • (2019) « L’environnementalisme ouvrier ou le syndicalisme émancipé du fordisme. Une approche transnationale dans les années 1968 », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, AEHMO (Suisse), n°35.
  • (2019) Avec Giacomo PARRINELLO, « Public Policy and the Ecological Impact of Coastal Tourism : The Planned Development of Languedoc-Roussillon’s Littoral », Humanities, 8, 13.
  • (2019) Avec Stéphane FRIOUX et Anne MARCHAND, « Santé et environnement : les traces d’une relation à haut risque », Ecologie & Politique, n° 58.
  • (2018) « Un principe de précaution ouvrière ? Retour sur l’expérience du Carnet d’exposition professionnelle dans la Fédération unifiée de la chimie (CFDT), 1977-1987 », Histoire @ Politique, n° 36, septembre 2018.
  • (2018) « La CFDT face à la mutation du système énergétique français (1973-1977) », Le Mouvement social, n° 262, 2018, p. 17-35.
  • (2018) Avec Stéphane FRIOUX, Romain MULARCZYK, « La transition environnementale, un objet pour l’historien », Cahiers d’histoire immédiate, n° 51, 2018, p. 7-26.
  • (2018) Avec Gwenola LE NAOUR, « Un récit ouvrier sur la violence environnementale. La communication syndicale dans l’affaire de l’acroléine à PCUK Pierre-Bénite (1975-1978) », Sciences de la Société, n° 100, p. 13-30.
  • (2015) « L’action environnementale du mouvement syndical québécois, 1960-1972 », Bulletin d’Histoire Politique, Association québécoise d’histoire politique (Montréal), 23/2, 2015, p. 48-65.
  • (2015) « Agir syndicalement sur un territoire chimique. Aux racines d’un environnementalisme ouvrier dans le Rhône, 1950-1980 », Écologie & Politique. Sciences, cultures, sociétés, Presses de Sciences Po (FNSP), n° 50, 2015, p. 57-70.
  • (2014) Avec Céline PESSIS, « Improbables mais fécondes : les rencontres entre scientifiques critiques et syndicalistes dans les  »années 1968 » », Mouvements, nº 80, 2014, p.51-66.
  • (2012) « L’invention syndicale de l’environnement dans la France des années 1960 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, Presses de Sciences Po (FNSP), n° 113, 2012, p. 169-178.
Chapitres dans des ouvrages collectifs
  • 2021 « L’ombre toxique du moustique sur la ville. Hygiénisme municipal, reconstruction urbaine et accommodement aux risques », FRIOUX Stéphane (dir.), Une France en transition. Urbanisation, risques environnementaux et horizon écologique dans le second XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2021.
  • 2021 « La part industrielle des politiques de l’environnement », FRIOUX Stéphane (dir.), Une France en transition. Urbanisation, risques environnementaux et horizon écologique dans le second XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2021.
  • 2021 Avec Gwenola LE NAOUR et Stéphane FRIOUX, « Inflammation du verbe moderniser. La raffinerie de Feyzin et le coût écologique du tournant pétrolier de l’économie lyonnaise », FRIOUX Stéphane (dir.), Une France en transition. Urbanisation, risques environnementaux et horizon écologique dans le second XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2021.
  • 2021 Avec Gwenola LE NAOUR et Vincent PORHEL, « Environnementalisme ouvrier. Centralité ouvrière et mobilisations socio-écologiques dans les années 1968 », FRIOUX Stéphane (dir.), Une France en transition. Urbanisation, risques environnementaux et horizon écologique dans le second XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2021.
  • 2021 (à paraître) « Port-Cros, laboratoire de la protection de l’environnement en espace marin », MARIN Brigitte (dir.), Petites îles de la Méditerranée occidentale. Histoire, culture, patrimoine, Marseille, éditions Gaussen, parution prévue en 2021.
  • (2020) «  »A propos de ce mini-débat entre réalisme et utopie… ». L’invention de l’Agence française de maîtrise de l’énergie, 1977-1986 », JARRIGE François et VRIGNON Alexis (dir.), Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives, Paris, La Découverte.
  • (2019) « Lutte contre la pollution industrielle ou conflit d’usine ? La CGT et les nuisances chimiques à Pierre-Bénite (1975-1978) », BEROUD Sophie, BRESSOL Elyane, PELISSE Jérôme, PIGENET Michel (dir.), La CGT, 1975-1995. Un syndicalisme à l’épreuve des crises, Nancy, Arbre Bleu.
  • (2019) « La justice sociale par une  »politique coordonnée de l’énergie ». Le mouvement syndical français et la mutation du système énergétique, 1944-1963 », MATHIS Charles-François. et MASSARD-GUILBAUD Geneviève (dir.), Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques du Moyen-Âge à nos jours, Paris, Ed. de la Sorbonne, 2019, p. 327-339.
  • (2018) « Mobiliser face aux violences environnementales. Le groupe  »Santé et pollution » du Syndicat lyonnais des industries chimiques, 1977-1986 », Yves Krumenacker et Jean-François Cullafroz (dir.), La CFDT dans le Rhône, 1968-2018 : transformer le travail, transformer la société ?, Lyon, éditions de la Chronique sociale, 2018, p. 133-140.
  • (2018) « Une influence chrétienne dans la formation d’un environnementalisme ouvrier. Autour de l’action de Frédo Krumnow (CFDT), 1966-1974 », HANSE Olivier, LENSING Annette, METZGER Birgit (dir.), L’écologie dans le clivage gauche-droite en France et en Allemagne depuis les années 1970, Berne, Peter Lang, 2018, p. 167-186.
  • (2018) «  »La politique de l’environnement s’est arrêtée à la porte des usines. » Le Haut comité de l’environnement et les mondes du travail, 1971-1986 », MORERA Raphaël, COUMEL Laurent, VRIGNON Alexis (dir.), Pouvoir(s) et environnement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 47-60
  • (2015) « Les murs de l’usine et le dilemme syndical face à la pollution industrielle, 1945-1980 », CLERVAL Anne, FLEURY Antoine, REBOTIER Julien, WEBER Serge (dir.), Espaces et rapports sociaux de domination, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 355-366.
  • (2015) « Penser la ville et son environnement malgré la crise ? Les syndicalistes CFDT du  »Pays de Fougères », 1965-1982 », MIANOWSKI Marie, NAIL Sylvie, CARBONI Pierre (dir.), La nature citadine en France et au Royaume-Uni. Concevoir, vivre, représenter, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 121-133.
  • (2013) « Des syndicats productivistes ? Les germes de la préoccupation environnementale à la CFTC-CFDT et à la CGT avant 1968 », BONNEUIL Christophe, PESSIS Céline, TOPCU Sezin (dir.), Une autre histoire des Trente Glorieuses. Modernisation, alertes environnementales et contestations du  »progrès » dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, 2013, p. 231-248.
Rapports, articles dans des revues sans comité de lecture, valorisation de la recherche
  • 2020 Avec Gwenola LE NAOUR, Laurent GONON (dir.), Du travail au lieu de vie : quelles mobilisations contre les risques professionnels et les atteintes à l’environnement ? Actes du colloque de Givors (14-15 novembre 2019), Givors / Lyon, Sciences Po Lyon, 2020.
  • 2020 « Syndicats et environnement dans les années 1968 », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe, février 2020 (ehne.fr)
  • 2020 « Un nouvel internationalisme ? Les gauches et la question écologique dans les années 1968 », Notes de la Fondation Jean Jaurès, février 2020.
  • 2019 « Lubrizol : la catastrophe n’a pas (encore) eu lieu », Les Terrestres, 4 octobre 2019.
  • 2019 « Syndicats et associations. De l’histoire d’un paradoxe à la construction de valeurs partagées ? », 80 ans d’histoire de la Fédération de l’enseignement privé CFDT, 2019.
  • 2019 « Un héritage environnemental cédétiste », Multiple (CFDT Santé Sociaux), 178, 2019.
  • 2018 « Une décennie d’offensive contre le risque industriel », Santé & Travail, n° 101, janvier 2018.
  • 2018 « L’environnementalisme syndical a une histoire », L’école émancipée, n° 74, 2018.
  • 2017 « Du district industriel, on voit la crise environnementale. Genèse d’un environnementalisme ouvrier, Rhône, 1966-1977 », Actes de la journée Les territoires face aux crises, Direction des affaires culturelles de la ville de Givors, Mai 2017.
  • 2017 « Aperçu de la thèse : Syndicalisme et environnement en France de 1944 aux années quatre-vingt », Bulletin du Centre d’histoire du travail de Nantes, 2017.
  • 2015 « Une histoire syndicale de l’environnement », Les utopiques. Cahiers de réflexion de l’Union syndicale Solidaires, n° 1, 2015, p. 100-107.
  • 2014 Syndicalisme et environnement. Genèse de l’action environnementale du mouvement syndical de 1944 aux années 1970, Rapport pour l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES).
  • 2012 « La CGT et l’environnement, 1945-1985 », Les Cahiers de l’institut CGT d’histoire sociale, nº 122, Juin 2012, p. 19-21.
  • 2011 « Le mouvement syndical et les usages des  »ressources naturelles » en France et au Québec, 1944-1970 », Bulletin du Regroupement des chercheurs-chercheures en histoire des travailleurs et travailleuses du Québec, n° 91, Vol.36/1, Printemps 2010.

Chantiers de recherches collectifs (en cours en février 2021)

Participation à des programmes de recherche
  • 2020- Participation au collectif « 350 tonnes et des poussières »
  • Projet de recherche autour des mobilisations des agents de la Fonction publique d’Etat exposés à l’amiante, et de la gestion du risque amiante au sein des administrations. Collectif de recherche pluridisciplinaire Clémentine Comer (Irisso, INRAE), Gabrielle Lecomte-Ménahès (CENS), Anne Marchand (CHS, Giscop93), Pierre Rouxel (CERAPS). Le projet se construit en coopération avec le Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes.
  • 2019- Participation à un programme en collaboration avec le Parc national de Port-Cros (PNPC
    « Tourisme, aménagement du territoire et environnement à Port-Cros depuis 1950 »
    Projet porté par le PNPC auprès de la Fondation de France. Convention de partenariat entre le PNPC et le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, 2020-2021.
  • 2021- Participant à l’équipe élargie du programme « Archival City » (Université Gustave Eiffel)
  • 2018-2021 Campagne d’entretiens pour le Comité d’histoire du ministère de la Transition écologique
    « Les politiques de gestion des risques industriels dans l’histoire du ministère »
    Réalisation d’une campagne d’entretiens auprès d’anciens membres des services du Ministère de l’environnement en charge des politiques de gestion des risques.
    http://www.archives-orales.developpement-durable.gouv.fr/index.html
Co-organisation de séminaires annuels
  • 2019- Co-organisation d’un séminaire de recherche et d’enseignement à l’EHESS
    « Histoire environnementale de la France au XXe siècles »<
    Co-organisé avec Christophe Bonneuil (CRH) à l’EHESS, Paris
  • 2020- Co-organisation d’un séminaire de recherche à la MSH Paris Nord
    « Enjeux sanitaires et environnementaux des désindustrialisations »
    Co-organisé avec Anne Marchand (CHS, Giscop93) et Alexandre Elsig (Université de Lausanne)
    Suspendu suite au confinement, en attende d’une possible reprogrammation.

Participation à des instances collectives de recherche (février 2021)

Responsabilités ou fonctions dans des associations scientifiques
2013-
  • 2019- Membre du Conseil d’administration du Réseau Universitaire de Chercheurs en Histoire environnementale
  • Secrétaire du RUCHE.
  • 2009- Membre du Réseau Universitaire de Chercheurs en Histoire de l’Environnement
  • 2013- Membre de l’AFHMT (Association française pour l’Histoire des Mondes du Travail)
  • 2012- Membre de l’ESEH (European Society for Environmental History)
Participation aux activités éditoriales.
  • 2019- Co-responsable éditorial du bloc « Ecologies et environnements », avec Charles-François Mathis et Emilie-Anne Pépy dans le cadre de l’Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe (EHNE, ehne.fr)
  • 2015- Membre du Comité de rédaction de la revue Écologie & Politique
Participation aux Conseils scientifiques d’organisations et d’institutions
  • 2020- Membre du Conseil scientifique du Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle en Seine-Saint-Denis (Giscop93)
  • 2019- Membre du Conseil scientifique de l’IHS-CGT, Institut confédéral d’histoire sociale de la CGT

Camille Paillet

Chercheuse associée
Docteure en arts vivants (danse) de l’Université Côte d’Azur, Qualifiée en 18e et 22e section, Chargée d’enseignement (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)

Contact : paillet.camille@gmail.com

Continuer la lecture de Camille Paillet

Muriel Cohen

Post-doctorante au CHS. Coordinatrice scientifique du projet « Migrants dans le logement ordinaire: modes d’accès, appropriation des intérieurs, patrimonialisations », financé par l’Institut Convergence migrations.

Contact : murielcohen_c[at]hotmail.com

Thèmes de recherche
  • histoire de la ville, des quartiers populaires et du logement
  • histoire sociale et politique des migrations
  • histoire coloniale et post-coloniale
  • histoire des Algériens de France
Carrière académique
  • Depuis 2018 : Fellow de l’Institut Convergence migrations- département GLOBAL
  • 2014-2015 : Visiting Scholar, Institute of French Studies, New York University
  • 2013-2019 : Chercheuse associée au CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • 2010-2013 : ATER à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • 2007-2010 : Allocataire de recherche-monitrice à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Projet de recherche en cours

Coordinatrice scientifique du projet « Migrants dans le logement ordinaire : modes d’accès, appropriation des intérieurs, patrimonialisations » porté par Emmanuel Bellanger et Charlotte Vorms, et financé par l’Institut Convergence Migrations. https://histoire-sociale.cnrs.fr/la-recherche/programmes/projet-amulop/

Ce projet de recherche vise à mieux connaître un aspect méconnu du logement des migrants en banlieue parisienne : l’habitat “ordinaire”, au sens de “non-spécifique” (foyers, bidonvilles, cités de transit…). Il repose sur l’étude approfondie et pluridisciplinaire de quatre immeubles situés à Saint-Denis et Aubervilliers. Cette échelle micro vise à analyser au plus près les façons dont les nouveaux venus, qu’ils soient originaires de province, des colonies ou de l’étranger, accèdent au parc ordinaire dans un territoire où le marché du logement est en tension, à appréhender leurs modes d’habiter et enfin à se pencher sur la patrimonialisation de cet habitat et de la mémoire de ses habitants. Il s’agit ainsi d’interroger les normes dominantes auxquelles les migrants doivent se soumettre ou doivent paraître adhérer pour accéder à l’habitat ordinaire.

Une partie de cette enquête sera restituée sous la forme d’une exposition intitulée « Habiter le logement populaire » qui se déroulera dans la cité Emile-Dubois à Aubervilliers de septembre 2021 à juin 2022. L’exposition reposera sur les résultats de l’enquête micro-historique en archives et des entretiens avec les habitants de la cité. Elle est le fruit d’un partenariat entre l’Association pour un musée du Logement populaire (en charge de la réalisation de l’exposition), l’OPH d’Aubervilliers, les archives municipales de la ville d’Aubervilliers et le Label des Villes et Pays d’Art et d’Histoire de Plaine Commune. https://www.amulop.org/actions-et-projets/2021-le-projet-d-exposition/

Publications
Ouvrage

2020. Des familles invisibles. Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985), Paris, Editions de la Sorbonne.

Direction de numéros de revue

2016. “Between France and Algeria : the social History of Algerians in the Twentieth century”, French Politics Culture and Society, vol. 34, n° 2 (avec Annick Lacroix)

Articles dans des revues à comité de lecture

2019. Avec de Barros Françoise, « Entre politiques urbaines et contrôle des migrants : la décolonisation inachevée des recensements des bidonvilles en France (années 1950-années 1970) », Histoire & mesure, 2019/1 (Vol. XXXIV), p. 151-184. URL :  https://www.cairn.info/revue-histoire-et-mesure-2019-1-page-151.htm

2018. Avec Marie-Claude Blanc-Chaléard, « Schwellen zur Stadt. Die bidonvilles im Frankreich des 20. und 21. Jahrhuenderts », Dérive, avril-juin 2018, n°71, p. 24-31.2017.

2017. « L’immigration algérienne post-indépendance : l’enracinement à l’épreuve de l’exclusion », Le Mouvement social, janvier-mars 2017, vol. 258, n°1, p. 29-48. (Traduit en anglais : « Post-colonial Algerian immigration : putting down Roots in the face of Exclusion). URL : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2017-1-page-29.htm

2016. « Les circulations entre France et Algérie : un nouveau regard sur les migrants (post)coloniaux (1945-1985) », French Politics Culture and Society, vol. 34, n° 2, p. 78-100.

2014. « Contradictions et exclusions dans la politique de regroupement familial en France (1945-1984) », Annales de démographie historique, 2014/2, à paraître.

2011. « Les bidonvilles de Nanterre, entre « trop plein » de mémoire et silences », Diasporas, n° 17, p. 42-62.

Articles dans d’autres revues

2013. « « Octobre à Paris ». Vecteur de la mémoire d’un massacre », Cahiers de RECITS, n° 9, p. 63-71.

2012. Avec Cédric David, « Les cités de transit : le traitement urbain de la pauvreté à l’heure de la décolonisation », Métropolitiques Traduit en anglais : « “Cités de transit” : the urban treatment of poverty during decolonisation ».

2012. « Regroupement familial : l’exception algérienne (1962-1976) », Plein droit, n° 95, p. 19-22.

2011. « Bidonvilles de Nanterre : une destruction en trompe-l’œil », Plein droit, n° 88, p. 32-36.

2010. « « Qui tient la femme tient tout ». » Le contrôle de l’immigration familiale algérienne dans la France des trente glorieuses », Regards sociologiques, n° 39, p. 55-69.

Contributions à des ouvrages collectifs

2020. Notice « Logement des migrants et des étrangers, depuis 1945 », Encyclopédie pour une histoire numérique de l’Europe [en ligne], ISSN 2677-6588, mis en ligne le 21/09/20. Permalien : https://ehne.fr/fr/node/14141

2013. Notice « Algériens » dans Pascal Ory et Marie-Claude Blanc-Chaléard (dir.), Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Paris, Robert Laffont, p. 26-34. Avec Naïma Yahi.

2012. « Les bidonvilles de Nanterre pendant la guerre d’Algérie » dans Linda Amiri et Benjamin Stora (dir.), Les Algériens en France pendant la guerre d’Algérie, Paris, Autrement, 2012, p. 27-28.

2012. « La guerre dans les bidonvilles de Nanterre », Abderrahmane Bouchène et al. (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830-1962), Paris, La Découverte, p. 582-585.

Recensions
Responsabilités administratives et scientifiques

2018-2019. Co-responsable de l’atelier Condorcet « Entrer dans le logement populaire : regards croisés sciences sociales, patrimoine, habitants », avec Pierre Gilbert, sociologue (Paris 8). https://www.campus-condorcet.fr/Activites-scientifiques/Les-cooperations-scientifiques/Entrer-dans-le-logement-populaire-regards-croises-sciences-sociales-patrimoine-et-habitants

2016. Co-organisation et introduction de la journée d’étude « Le quotidien des quartiers populaires : quelles mémoires ? Enjeux et expériences de patrimonialisation du logement populaire », organisée par l’Association pour un musée du logement populaire du Grand Paris à la MSH Paris-Nord, octobre 2016.

2011-2013. Coordination (avec Marie-Claude Blanc-Chaléard et Rosa Olmos) d’une campagne d’entretiens « Collecte de sources orales sur l’immigration algérienne entre Guemar et Nanterre », financée par l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, la BDIC, la mairie de Nanterre et le centre universitaire d’El Oued (Algérie).

2011. Chargée de mission de la mairie de Nanterre pour l’organisation du colloque « Une mobilisation algérienne, Nanterre et le 17 octobre 1961 » (14-15 octobre 2011), co-organisé par la mairie de Nanterre, l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, la Société d’histoire de Nanterre et l’association les Oranges, Nanterre.

Laurent Frajerman

Chercheur associé au CHS.

Professeur agrégé d’Histoire au lycée Lamartine, Paris.

Contact : laurent.frajerman[at]free.fr

Responsabilités scientifiques

  • Spécialiste de l’engagement enseignant du XXe siècle à nos jours, j’étudie la mobilisation progressive des enseignants qui leur permet d’exercer une influence sociale et politique bien supérieure à leur nombre, puis son déclin depuis les années 1980. Articulant les approches sociologiques et historiques, je m’intéresse autant aux pratiques qu’aux discours dans une démarche compréhensive.
  • Animateur de l’Observatoire de la vie fédérale de la FSU.
  • Responsable de la recherche Militens qui étudie le rapport des enseignants à l’engagement et la médiation que les militants opèrent entre les enseignants et leurs organisations. En partenariat avec le SNUipp FSU, le SNEP FSU et le SNES FSU, l’équipe a interrogé une centaine d’enseignants du premier et second degré dans une dizaine de départements, et observé des réunions syndicales dans toute la France.
  • La partie quantitative de Militens repose sur un questionnaire représentatif dont la problématique centrale est l’interaction entre la vision du monde héritée de la socialisation primaire, le rapport au métier et enfin l’action du syndicalisme enseignant, ancré dans les identités professionnelles. La DEPP (ministère de l’éducation nationale) a fourni un échantillon aléatoire stratifié de 13 000 enseignants. 3 302 réponses ont été recueillies par le CERAPS, Université de Lille.
  • Mes recherches se structurent autour de quatre axes : les politiques éducatives sous le prisme du métier enseignant,le syndicalisme comme outil de l’émergence de véritables corporations, le militantisme et la surconflictualité enseignante.
  •  Les enjeux professionnels qui sous-tendent les politiques éducatives sont généralement traités comme des résistances, suggérant une passivité du corps enseignant. Mon approche est différente et s’appuie sur une collection de sondages et sur l’analyse de questionnaires (Engens, CERAPS Lille 2, en 2007 et Militens en 2017). Comment les enseignants s’adaptent-ils aux mutations du référentiel de leurs métiers, aux évolutions des rapports de pouvoir dans l’institution scolaire ? Que pensent-ils du management, des rythmes scolaires ?
  •  Le syndicalisme enseignant tire sa force de sa participation à la définition de l’identité professionnelle. Un travail ethnographique dans les sections locales et les structures nationales des syndicats enseignants de la FSU me permet de décrypter cette culture militante et les enjeux liés à sa modernisation (usage des technologies digitales, place des services, animation de l’activité sur le terrain etc.)
  •  Pour l’étude du militantisme enseignant, l’examen des biographies du Maitron a fait ressortir un archétype du militant. J’analyse son évolution et l’interaction des divers types d’engagement (par exemple, l’engagement pédagogique et le fait syndical, l’investissement dans les questions sociétales). Je m’inspire de la démarche de recherche-action dans le cadre du volet qualitatif de l’enquête Militens. En étudiant le rapport des militants aux syndiqués comme aux autres enseignants, cette enquête montre que l’institutionnalisation du syndicalisme constitue autant une ressource qu’une faille.
  •  la force de l’engagement enseignant apparaît aussi avec la surconflictualité du milieu. Le « pouvoir de grève » de la profession est depuis les années 1980 quatre à dix fois supérieur à la moyenne des salariés. Après avoir décortiqué la genèse des grèves, leur ritualisation, je me penche sur leur appréhension par les autorités, l’élargissement du répertoire des luttes enseignantes (manifestations, actions locales en relation avec les parents d’élèves…)… La mesure des différentes mobilisations constitue aussi un objet d’étude.

Bibliographie

Ouvrages
Direction d’ouvrages collectifs
Interventions dans les médias
  • Interviewé régulièrement dans Le Monde, L’Express , France info , Libération, Mediapart, 20 minutes, Le café pédagogique, Touteduc.fr, AEF , France Culture, Télérama , L’Humanité.
  • Interviewé dans TF1, Le Figaro, Le Parisien, BFMTV.com, Politico.eu, Radio France Internationale, La nouvelle République, l’AFP, francetvinfo.fr, Acteurspublics.fr, Radio Nova, ulyces.co, Les échos, Vousnousils.fr.
Articles de revues à comité de lecture
Comptes rendus d’ouvrages

dans : La Revue Historique, Histoire de l’éducation, Revue française de pédagogie, Historiens & Géographes, La Pensée, Maitron.org et Carrefours de l’éducation.

Avis scientifiques

pour les revues Les annales de Normandie et Le mouvement social.

Articles de revues généralistes

Chapitres d’ouvrages collectifs
  •  « La continuité pédagogique, une occasion manquée pour les méthodes managériales » in Stéphane Bonnery et Etienne Douat (dir), L’éducation au temps du coronavirus, La Dispute, 2020, pp. 133-145.
  • « Le monde de l’enseignement public en mouvement(s). 1928-1984 » in Michel Pigenet, Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, pp. 533-542.
  •  « La FEN et Force Ouvrière : proximité culturelle et rupture politique (1950-1970) », in Michel Dreyfus et Michel Pigenet (dir.), Les meuniers du social. Force ouvrière, acteur de la vie contractuelle et du paritarisme, fin des années 1950-début des années 1980, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, pp. 149-161.
  •  « Représentation et prise en compte du pluralisme dans le syndicalisme français : l’originalité de la FEN (1944-1968) » in Frajerman Laurent, Bosman Françoise, Chanet Jean-François, Girault Jacques (dir.), La Fédération de l’Education nationale (1928-1992) : histoire et archives en débat, Lille, Presses du Septentrion, 2010, pp. 141-151.
  •  avec André Narritsens, « Fédéralisme et démocratie syndicale : l’exemple de la FEN et de la CGT », in Magniadas Jean, Mouriaux René (dir.), Le syndicalisme au défi du XXIe siècle, Paris, 2008, Syllepse, pp. 63-77.
  •  «  Comment défendre la laïcité scolaire à la Libération ? Les tensions de la FEN  » in Weil Patrick (dir.), Politiques de la laïcité au XX° siècle, Paris, PUF, 2007, pp. 463-480.
  •  «  Syndicalisation et professionnalisation des associations professionnelles enseignantes entre 1918 et 1960 », in Tartakowsky D., Tétard F. (dir.), Syndicats et associations en France : concurrence ou complémentarité ?, Rennes, PUR, 2006, pp. 97-106.
  •  « Les syndicalismes enseignants devant l’évolution des systèmes éducatifs européens et des identités professionnelles. Allemagne de l’Ouest, Angleterre, Belgique, France », avec Robert André, Lemosse Michel, Tyssens Jeffrey, Wunder Dieter, in Pasture Patrick, Pigenet Michel, Robert Jean-Louis (dir.), L’apogée des syndicalismes en Europe occidentale. 1960-1985, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, pp. 51-80.
  •  « Enseignants – unitaires- et CGT : les prémices d’un divorce  », in Bressol E, Dreyfus M., Hedde J., Pigenet M. (dir.), La CGT dans les années 1950, Rennes, PUR, 2005, pp. 145-156.
  •  «  Identités collectives et choix revendicatifs du courant – unitaire- de la FEN, 1945 – 1960 », in Girault J. (dir.), Les enseignants dans la société française au XXeme siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 81-96, décembre 2004.
Publications diverses
Thèse d’histoire

L’interaction entre la Fédération de l’ Éducation Nationale et sa principale minorité, le courant « unitaire », 1944-1959, 2003. 969 p. + annexes.