La Recherche

La recherche est organisée en quatre axes détaillés dans le Projet scientifique.

Axe 1 – Pouvoirs, contre-pouvoirs, engagements et conflits
Cet axe, situé à la croisée du social et du politique, étudierales acteurs sociaux de l’histoire contemporaine, les relations qu’ils entretiennent entre eux, les registres d’action et les institutions dans (ou contre) lesquelles ils agissent, déclinées selon de multiples modalités: dominations et pouvoirs, compromis et compromissions,mouvements sociaux et résistances. Les chercheurs seront attentifs aux usages populaires du politique, aux mobilisations individuelles et collectives, à la mise en place et à l’évolution de catégories, de normes et de politiques publiques. Le questionnement renvoie au temps, plus ou moins long, des États comme aux situations d’exception durables créées par la domination coloniale, aux temps courts des crises, des luttes armées, des guerres, des sorties de guerres et des démobilisations. Dans le détail, cet axe donnera lieu à trois types de réflexions.

  1. Une histoire sociale des pouvoirs
  2. Une histoire sociale des engagements
  3. Une histoire sociale des guerres

Axe 2. Environnement, villes et sociétés urbaines
À la croisée de l’histoire sociale et politique des villes, l’axe 2 s’attachera à mettre en perspective: l’histoire sociale du logement et de la production des villes; l’histoire des populations urbaines et de leur environnement; l’histoire du gouvernement local, des politiques publiques et des formes de «mise en administration» des territoires urbains. Ces recherches, qui reposeront sur une approche interdisciplinaire, auront pour cadre l’étude des quartiers populaires, des banlieues et des métropoles. Elles contribueront à renforcer la position du CHS comme lieu de réflexion, d’expertise et de prospective sur les études urbaines.

Axe 3. Travail, santé et loisirs
Au croisement d’une histoire politique et d’une histoire sociale et économique, cet axe entend participer à une nouvelle histoire sociale des mondes du travail, attentive à la façon dont les institutions sociales (entreprises, collectifs de travail, organisations professionnelles, organisations internationales) se saisissent des problèmes induits par l’activité de travail, les formulent et tentent de leur apporter des solutions.En la matière, si les membres du laboratoire perpétuent l’intérêt historiquement fort du CHS pour les relations professionnelles comme pour l’économie sociale et solidaire, la réflexion s’est enrichie d’une nouvelle dimension, devenue structurante, autour de la santé au travail et de la protection sociale, ainsi que d’une réflexion sur les loisirs et le temps libre.

Axe 4 – Sociétés culturelles, média(tisa)tions, diffusions
Si cet axese situe dans le prolongement de l’histoire sociale des représentations du contrat quinquennal précédent (Représentations: pratiques, systèmes, relations), plusieurs nouveaux chantiers d’histoire des sociétés culturelles seront ouverts. Le voisinage avec plusieurs champs disciplinaires (anthropologie, sociologie, histoire des arts, études visuelles, etc.) sera fortement privilégié. Au-delà de l’histoire culturelle de capitales européennes, évoquée dans l’axe 3, l’histoire des représentations à partir des territoires urbains figure parmi les chantiers explorés. Ces perspectives se développeront en coopération, soit avec d’autres équipes de Paris 1 (CRH/Isor, S-Irice… en particulier), soit avec d’autres unités de recherche (CHCSC…), soit dans le cadre de programmes spécifiques.Elles correspondront aux séminaires de masters 1 et 2 dédiés à l’histoire sociale de la culture, préoccupés de rendre compte des renouvellements historiographiques en cours. Plusieurs de nos enseignements sont directement concernés par ces thématiques, au sein des masters «Histoire des sociétés occidentales XIXe-XXIe siècles», «Gestion du patrimoine culturel» et «Histoire et audiovisuel».

CHS