Archives par mot-clé : histoire coloniale

Soutenance de thèse de Thierry Guillopé

Thierry Guillopé soutiendra le vendredi 30 juin à 9 h une thèse de doctorat d’histoire intitulée « Le logement social en Algérie à la période coloniale (années 1920 – 1960) ».

Le jury sera composé de :

Sylvie Thénault, directrice de recherche au CNRS, CHS, co-directrice de thèse

Loïc Vadelorge, professeur d’histoire contemporaine, Université Gustave Eiffel, ACP, co-directeur de thèse

Jim House, senior lecturer, University of Leeds, rapporteur

Najet Mouaziz-Bouchentouf, Maîtresse de conférences HDR, Université des sciences et de la technologie d’Oran (Mohamed Boudiaf), rapporteure

Emmanuel Bellanger, directeur de recherche au CNRS, CHS, examinateur

Hélène Blais, professeure d’histoire contemporaine, École normale supérieure de Paris, IHMC, examinatrice

Vincent Lemire, professeur d’histoire contemporaine, université Gustave Eiffel, ACP, examinateur

La soutenance aura lieu à l’université Gustave Eiffel (RER A, arrêt Noisy-Champs)

– au bâtiment C du Bois-de-l’Étang [cf. plan d’accès ici]

– dans la salle dite du « rez-de-Jardin ».

Merci de m’informer de votre présence par retour de mail (thierry.guillope@gmail.com).

Marion Bertin

Chercheuse postdoctorale Centre d’histoire sociale des mondes contemporains – Labex Dynamite (2023-2024)

Contact : marionbbertin@gmail.com

Docteure en anthropologie historique, sociale et culturelle (2021) et Diplômée de Troisième Cycle de l’École du Louvre en histoire de l’art et muséologie (2021), thèse intitulée Circulations et valeurs des objets océaniens dans les collections privées et publiques (1980-2020), réalisée sous la co-direction du Professeur Charles Illouz et de la Professeure Cecilia Hurley-Griener.
Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) en muséologie (section 71 du Conseil national des Universités), Université d’Avignon (UFR SHS), et chercheuse au Centre Norbert Elias (UMR CNRS 8562) (septembre 2021-août 2023)
Récipiendaire d’une bourse Immersion du LabEx Création Arts Patrimoine (CAP), accueil en résidence au musée national Picasso-Paris (2020)

Chargée de cours à l’École du Louvre : Travaux Dirigés devant les Œuvres (TDO) en arts et anthropologie de l’Océanie (L3)

Qualifiée dans le corps des maîtres·ses·s de conférences dans les sections 18 (architecture (ses théories et ses pratiques), arts appliqués, arts plastiques, arts du spectacle, épistémologie des enseignements artistiques, esthétique, musicologie, musique, sciences de l’art), 20 (ethnologie, préhistoire, anthropologie biologique) et 22 (histoire moderne et contemporaine) du Conseil national des Universités (CNU) (2022)
Qualifiée dans le corps des maîtres·ses·s de conférences du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) dans les sections 20 (ethnologie, préhistoire, anthropologie biologique) et 71 (sciences de l’information et de la communication) du CNU (2023)

Thématiques de recherches

  • anthropologie du patrimoine et des musées / histoire des collections (XIXe-XXIe siècles) / muséologie
  • vie sociale des objets / culture matérielle
  • circulations d’objets / restitutions
  • étude du marché de l’art et des collections privées / histoire économique du marché de l’art / anthropologie économique
  • anthropologie et histoire des savoirs / inventaires et bases de données de collections / taxonomie et classification
  • arts et anthropologie de l’Océanie / histoire de l’art contemporain océanien
  • histoire culturelle et politique de l’Océanie
  • droits culturels / diplomatie culturelle

Terrains de recherche : musées en Europe et en Océanie ; collections privées et marché de l’art en Europe et en Océanie ; archives ; base de données numériques.

Projet de recherche post-doctorale

Mon projet de recherche au sein du CHS et du LabEx DynamiTe s’intitule « Le “patrimoine kanak dispersé” : un patrimoine disséminé, partagé et circulant ». Je souhaite étudier comment se construit le « patrimoine kanak dispersé » et qui sont les acteurs et actrices (individus, collectifs comme institutions) de sa patrimonialisation. Mon étude a pour objectif de mieux comprendre comment le « patrimoine kanak dispersé » est à la fois disséminé dans des musées à travers le monde, envisagé de manière partagée par ces institutions et la Nouvelle-Calédonie et mis en circulation entre ces territoires. Il s’agit d’identifier de quelle manière ces trois dimensions s’articulent et, en particulier, de considérer en quoi elles peuvent générer des tensions entre les multiples acteurs et actrices, tout en abordant les négociations et les résistances ayant lieu. Je souhaite en particulier me concentrer sur la multiplicité d’acteurs et d’actrices impliquées pour questionner comment cette patrimonialisation intervient de manière dispersée et partagée. Ma recherche se focalise en particulier sur la France hexagonale et la Nouvelle-Calédonie. Dans le but de construire une histoire connectée du « patrimoine kanak dispersé », je souhaite confronter les sources calédoniennes que j’ai étudiées lors de ma thèse à des fonds conservés en France hexagonale, notamment aux archives d’un corpus de quatre musées qui conservent des objets du « patrimoine kanak dispersé » et qui serviront de cas d’étude (musée d’Aquitaine de Bordeaux, muséum d’histoire naturelle de Toulouse, musée du quai Branly-Jacques Chirac à Paris, musée des Beaux-Arts de Chartres).
L’exemple du « patrimoine kanak dispersé » permet d’interroger les liens entre patrimoine et territoire, en abordant la dialectique de la présence et de l’absence dans les relations d’attachement patrimonial. Mon objet de recherche aborde de manière centrale la question du territoire et des ancrages territoriaux du patrimoine, à travers un cas d’étude mobilisant différentes échelles et territoires, répondant aux réflexions du LabEx DynamiTe.

Collectifs et projets de recherche

Membre active du Conseil international des musées (depuis 2015) : membre d’ICOM France et du Comité international pour la muséologie (ICOFOM)
Membre élue au conseil d’administration du Comité international pour la muséologie (ICOFOM) : Secrétaire principale (2019-2022) ; Co-vice-présidente et Responsable du groupe de travail sur les conférences (2022-2025)

Membre fondatrice et trésorière de l’association CASOAR (Cabinet Atypique de la Société des Océanophiles Amateurs de Rocambolesque) (depuis 2018)
Lauréate de la résidence INHALab à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), Paris (France), avec l’association CASOAR dans le cadre du projet Collecter les mémoires – Arts, Archéologie et Anthropologie de l’Océanie (mars à juillet 2022)

Membre de la Pacific Arts Association (depuis 2019)
Membre de Mêtis-Lab (depuis 2019)

Membre du laboratoire-junior COLL-AB (Collaborations – Collections d’Abomey et du Bénin), LabEx SMS, LISST et FRAMESPA — 2023
Membre du projet Perceptions d’un haut lieu de patrimoine : expérimentations méthodologiques (P-H-PAT) — 2023
Membre du projet international Le « travail décolonial » dans les collections muséales (Europe et Afrique subsaharienne). Histoires locales et circulations globales — 2021-2022
Membre du projet international Museums, Community Action and Decolonisation — 2019-2022

Publications (sélection)

Articles
  • « La statuette ambassadrice. Diplomatie kanak au musée du quai Branly », Terrain, 73, 2020, pp. 228-235. DOI : <https://doi.org/10.4000/terrain.20572>.
  • « Le futur de la tradition : quelle muséologie pour les musées nationaux du Pacifique Sud ? », ICOFOM Study Series, vol. 48, 2020, pp. 95-108. DOI : <https://doi.org/10.4000/iss.2016>.
  • Avec Tissandier, Marianne (préf.), « Archives délaissées, archives retrouvées, archives explorées : les fonds calédoniens pour l’étude du patrimoine kanak dispersé », Les Cahiers de l’École du Louvre, 14, 2019. DOI : <https://doi.org/10.4000/cel.5438>.
  • « Allier kastom et tabu au musée : gestion et exposition des objets du Vanuatu », ICOFOM Study Series, vol. 47, 2019, pp. 41-56. DOI : <https://doi.org/10.4000/iss.1316>.
  • « De la sortie de terre à la mise sous verre : la Vénus de Lespugue comme chef-d’œuvre de l’art mobilier paléolithique », Organon, vol. 50, 2018. DOI: <https://doi.org/10.4467/00786500.ORG.18.002.9496>.
Directions d’ouvrages et de revues
  • Directrice de publication invitée des ICOFOM Study Series sur la thématique des tabous dans les musées et dans la muséologie, avec Anna Leshchenko et Elizabeth Weiser (numéro 51-1, à paraître, 2024).
  • Éditrice d’un glossaire avec Martin Huellebroeck dans le cadre de l’ouvrage Traces. Les manifestations du (dé)colonial au musée, sous la direction de Felicity Bodenstein, Damiana Otoiu, Anna Seiderer et Margareta von Oswald, Paris : Éditions Horizons d’attente (à paraître : édition papier en 2023, édition numérique en 2023).
  • Weiser, Elizabeth (dir.), Bertin, Marion (dir.), Leshchenko, Anna (dir), Taboos in Museology: Difficult issues for museum theory, Paris : ICOFOM, 2022.
Chapitres d’ouvrages
  • « “The market is dying”: power and conflicts between art dealers and auctions houses in the tribal art market », in Mariz, Vera, Saint-Raymond, Léa, Beyond Borders: The Key for Art Market Power, Lisbonne : Caleidoscópio (à paraître, 2023).
  • « La figure de Ku-ka’ili-moku de la collection Vérité : chef-d’œuvre de la sculpture kona, pièce de tiki bar ou ki’i ? », in Plançon, Thomas (dir.), Sartori, Carina (dir.), Les regards croisés de l’histoire. Entre mobilités, échanges et mémoires, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2022, pp. 123-135.
  • « Galerie numérique/galerie physique : le marché des arts africains et océaniens sur Instagram », Journal d’été de la Bibliothèque Kandinsky, 6+7, 2021, pp. 64-66.
  • « Paul Rivet (1876-1958) », in Mairesse, François (dir.), Histoire de la muséologie. Quelques figures marquantes du monde muséal francophone, Paris : ICOFOM, 2019, pp. 113-130.
Autres publications
Organisation de manifestations scientifiques
  • Membre du comité scientifique et d’organisation du colloque international Favoriser la visibilité et l’attractivité des patrimoines insulaires : Un enjeu muséologique du XXIe siècle, organisé par l’Association des musées et des établissements patrimoniaux de Nouvelle-Calédonie (AMEPNC), le Comité international pour la muséologie (ICOFOM) et l’Université de Nouvelle-Calédonie, du 16 au 21 octobre 2023.
  • Membre du comité scientifique et d’organisation du séminaire Patrimoines en représentations, organisé par le Centre Norbert Elias (UMR 8562) et Avignon Université (2022-2023).
  • Membre du comité scientifique et d’organisation du 45e symposium annuel du Comité internationale pour la muséologie (ICOFOM), sur le thème Taboos in Museology: Difficult issues for museum theory, Prague et Brno (République tchèque), du 22 au 27 août 2022.
  • Cycle de séminaires d’introduction à la recherche en Océanie et de séances de cinéma, Institut national d’Histoire de l’Art (INHA), Paris (France), de mars à juin 2022, dans le cadre d’une résidence INHALab.

Mai 1972 : la « deuxième indépendance » malgache

Françoise Blum dans L’Humanité, du 12 au 18 mai 2022.

C’est une véritable révolution qu’a vécue Madagascar en mai 1972, douze ans après une indépendance qui fut source de vives déceptions, avec la perpétuation des pesanteurs coloniales et des inégalités. Lancée par les étudiants, la révolte va s’étendre jusqu’à devenir insurrection et abattre la Ière République. Un processus inachevé, mais qui pourrait un jour trouver un écho sur l’île Rouge en proie aux élites prédatrices.

Les partis communistes occidentaux et l’Afrique

Françoise Blum, Marco Di Maggio, Gabriele Siracusano et Serge Wolikow, sous la dir., Les partis communistes occidentaux et l’Afrique : une histoire mineure ?, Paris, Hémisphères, 2021.

L’histoire des relations des partis communistes occidentaux avec l’Afrique – c’est-à-dire de ceux qui sont nés et se sont développés sur les territoires mêmes des (ex-)puissances coloniales –, restait un continent largement ignoré, contrairement à celle des rapports de l’Union soviétique et des démocraties populaires avec les mouvements anticoloniaux ou les nouveaux États africains.

Continuer la lecture de Les partis communistes occidentaux et l’Afrique

Ateliers du CHS

Interventions de :

Fabrice Langrognet
100 avenue Wilson, Saint-Denis : faire l’histoire des migrations à l’échelle d’un immeuble

et Miriam Hernandes Reyna
Payer une “dette ancestrale” envers les peuples indigènes ? La construction des politiques de la diversité culturelle dans le Mexique contemporain (1994-2006)

Inscription obligatoire à : Pascale.Goetschel[at]univ-paris1.fr
Le lien zoom vous sera fourni.

Muriel Cohen

MCF à l’Université du Mans (Temos).

Chercheuse associée au CHS, fellow de l’Institut Convergence Migrations, membre du Labex DynamiTe, responsable de la recherche de l’AMULOP.

Contact : murielcohen_c[at]hotmail.com

Thèmes de recherche
  • histoire de la ville, des quartiers populaires et du logement
  • histoire sociale et politique des migrations
  • histoire coloniale et post-coloniale
  • histoire des Algériens de France
Carrière académique
  • Depuis 2018 : Fellow de l’Institut Convergence migrations- département GLOBAL
  • 2014-2015 : Visiting Scholar, Institute of French Studies, New York University
  • 2013-2019 : Chercheuse associée au CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • 2010-2013 : ATER à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • 2007-2010 : Allocataire de recherche-monitrice à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Projet de recherche en cours

Coordinatrice scientifique du projet « Migrants dans le logement ordinaire : modes d’accès, appropriation des intérieurs, patrimonialisations » porté par Emmanuel Bellanger et Charlotte Vorms, et financé par l’Institut Convergence Migrations. https://histoire-sociale.cnrs.fr/la-recherche/programmes/projet-amulop/

Ce projet de recherche vise à mieux connaître un aspect méconnu du logement des migrants en banlieue parisienne : l’habitat “ordinaire”, au sens de “non-spécifique” (foyers, bidonvilles, cités de transit…). Il repose sur l’étude approfondie et pluridisciplinaire de quatre immeubles situés à Saint-Denis et Aubervilliers. Cette échelle micro vise à analyser au plus près les façons dont les nouveaux venus, qu’ils soient originaires de province, des colonies ou de l’étranger, accèdent au parc ordinaire dans un territoire où le marché du logement est en tension, à appréhender leurs modes d’habiter et enfin à se pencher sur la patrimonialisation de cet habitat et de la mémoire de ses habitants. Il s’agit ainsi d’interroger les normes dominantes auxquelles les migrants doivent se soumettre ou doivent paraître adhérer pour accéder à l’habitat ordinaire.

Une partie de cette enquête sera restituée sous la forme d’une exposition intitulée « Habiter le logement populaire » qui se déroulera dans la cité Emile-Dubois à Aubervilliers de septembre 2021 à juin 2022. L’exposition reposera sur les résultats de l’enquête micro-historique en archives et des entretiens avec les habitants de la cité. Elle est le fruit d’un partenariat entre l’Association pour un musée du Logement populaire (en charge de la réalisation de l’exposition), l’OPH d’Aubervilliers, les archives municipales de la ville d’Aubervilliers et le Label des Villes et Pays d’Art et d’Histoire de Plaine Commune. https://www.amulop.org/actions-et-projets/2021-le-projet-d-exposition/

Publications
Ouvrage

2020. Des familles invisibles. Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985), Paris, Editions de la Sorbonne.

Direction de numéros de revue

2016. “Between France and Algeria : the social History of Algerians in the Twentieth century”, French Politics Culture and Society, vol. 34, n° 2 (avec Annick Lacroix)

Articles dans des revues à comité de lecture

2019. Avec de Barros Françoise, « Entre politiques urbaines et contrôle des migrants : la décolonisation inachevée des recensements des bidonvilles en France (années 1950-années 1970) », Histoire & mesure, 2019/1 (Vol. XXXIV), p. 151-184. URL :  https://www.cairn.info/revue-histoire-et-mesure-2019-1-page-151.htm

2018. Avec Marie-Claude Blanc-Chaléard, « Schwellen zur Stadt. Die bidonvilles im Frankreich des 20. und 21. Jahrhuenderts », Dérive, avril-juin 2018, n°71, p. 24-31.2017.

2017. « L’immigration algérienne post-indépendance : l’enracinement à l’épreuve de l’exclusion », Le Mouvement social, janvier-mars 2017, vol. 258, n°1, p. 29-48. (Traduit en anglais : « Post-colonial Algerian immigration : putting down Roots in the face of Exclusion). URL : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2017-1-page-29.htm

2016. « Les circulations entre France et Algérie : un nouveau regard sur les migrants (post)coloniaux (1945-1985) », French Politics Culture and Society, vol. 34, n° 2, p. 78-100.

2014. « Contradictions et exclusions dans la politique de regroupement familial en France (1945-1984) », Annales de démographie historique, 2014/2, à paraître.

2011. « Les bidonvilles de Nanterre, entre « trop plein » de mémoire et silences », Diasporas, n° 17, p. 42-62.

Articles dans d’autres revues

2013. « « Octobre à Paris ». Vecteur de la mémoire d’un massacre », Cahiers de RECITS, n° 9, p. 63-71.

2012. Avec Cédric David, « Les cités de transit : le traitement urbain de la pauvreté à l’heure de la décolonisation », Métropolitiques Traduit en anglais : « “Cités de transit” : the urban treatment of poverty during decolonisation ».

2012. « Regroupement familial : l’exception algérienne (1962-1976) », Plein droit, n° 95, p. 19-22.

2011. « Bidonvilles de Nanterre : une destruction en trompe-l’œil », Plein droit, n° 88, p. 32-36.

2010. « « Qui tient la femme tient tout ». » Le contrôle de l’immigration familiale algérienne dans la France des trente glorieuses », Regards sociologiques, n° 39, p. 55-69.

Contributions à des ouvrages collectifs

2020. Notice « Logement des migrants et des étrangers, depuis 1945 », Encyclopédie pour une histoire numérique de l’Europe [en ligne], ISSN 2677-6588, mis en ligne le 21/09/20. Permalien : https://ehne.fr/fr/node/14141

2013. Notice « Algériens » dans Pascal Ory et Marie-Claude Blanc-Chaléard (dir.), Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Paris, Robert Laffont, p. 26-34. Avec Naïma Yahi.

2012. « Les bidonvilles de Nanterre pendant la guerre d’Algérie » dans Linda Amiri et Benjamin Stora (dir.), Les Algériens en France pendant la guerre d’Algérie, Paris, Autrement, 2012, p. 27-28.

2012. « La guerre dans les bidonvilles de Nanterre », Abderrahmane Bouchène et al. (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830-1962), Paris, La Découverte, p. 582-585.

Recensions
Responsabilités administratives et scientifiques

2018-2019. Co-responsable de l’atelier Condorcet « Entrer dans le logement populaire : regards croisés sciences sociales, patrimoine, habitants », avec Pierre Gilbert, sociologue (Paris 8). https://www.campus-condorcet.fr/Activites-scientifiques/Les-cooperations-scientifiques/Entrer-dans-le-logement-populaire-regards-croises-sciences-sociales-patrimoine-et-habitants

2016. Co-organisation et introduction de la journée d’étude « Le quotidien des quartiers populaires : quelles mémoires ? Enjeux et expériences de patrimonialisation du logement populaire », organisée par l’Association pour un musée du logement populaire du Grand Paris à la MSH Paris-Nord, octobre 2016.

2011-2013. Coordination (avec Marie-Claude Blanc-Chaléard et Rosa Olmos) d’une campagne d’entretiens « Collecte de sources orales sur l’immigration algérienne entre Guemar et Nanterre », financée par l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, la BDIC, la mairie de Nanterre et le centre universitaire d’El Oued (Algérie).

2011. Chargée de mission de la mairie de Nanterre pour l’organisation du colloque « Une mobilisation algérienne, Nanterre et le 17 octobre 1961 » (14-15 octobre 2011), co-organisé par la mairie de Nanterre, l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, la Société d’histoire de Nanterre et l’association les Oranges, Nanterre.

Des familles invisibles

Muriel Cohen, Des familles invisibles. Les Algériens de France entre intégrations et discriminations (1945-1985), Paris, éditions de la Sorbonne,  2020, 380 p. ill.

L’immigration algérienne des années 1950-1970 est souvent associée à un stéréotype, celui d’hommes seuls, débarqués par bateau à Marseille, logés dans des foyers Sonacotra ou des bidonvilles, à proximité de l’usine où ils travaillent. Continuer la lecture de Des familles invisibles