Le Rôle de la violence dans l’Histoire

Michel Pigenet est l’auteur de la présentation de la réédition de Friedrich Engels, Le Rôle de la violence dans l’Histoire et autres textes, Le Temps des Cerises. 2020.

« La question de la violence fut stratégique tout au long d’un XIXe siècle né à l’ombre de la Révolution française et riche en insurrections. Elle ne manqua pas d’interpeller les théoriciens d’un socialisme qui se voulait scientifique dans ses analyses et radical dans ses projets. Au vrai, l’approche historienne des conceptions d’Engels sur la violence croise, comme souvent, de très actuelles interrogations citoyennes. La moindre n’est pas celle des voies alternatives à la fuite en avant néolibérale d’un capitalisme financier lancé dans la surexploitation insensée des humains et de la nature. Le présent des atteintes aux libertés individuelles et collectives et de la montée des violences d’État met à mal les modalités de la contestation sociale et politique. » (Extrait de la présentation de Michel Pigenet, historien spécialiste de l’histoire du travail et des mouvements sociaux.)

Friedrich Engels (1820-1895), l’ami de toujours de Marx et l’un des « pères fondateurs » du marxisme, n’a cessé de réfléchir sur le rôle de la violence. Les textes rassemblés donnent à comprendre l’évolution d’une pensée au fondement d’une anthropologie matérialiste, à la croisée de son érudition historique, militaire et de son expérience de révolutionnaire, mais aussi d’industriel.