Nadia Biskri Berkane

Contact: nad_bis@yahoo.fr

TRAVAUX UNIVERSITAIRES

Thèse de doctorat

Prison et enfermement punitif en Algérie coloniale, de la conquête au tournant des années 1930, sous la direction de Sylvie Thénault.

Résumé de la thèse

Importée en Algérie dès les premières années de la conquête française, la prison désigne à la fois le lieu d’exécution de la peine privative de liberté et l’institution incarnant l’Etat colonial. Placée au cœur du dispositif répressif introduit dans la colonie, elle résulte de l’application du code pénal de 1810 qui fait de l’enfermement le socle de la pénalité en France puis en Algérie colonisée. Abordée par le biais du terrain algérien, cette recherche interroge le lien entre les pratiques métropolitaines de l’enfermement carcéral et les pratiques coloniales, dans l’objectif de saisir les continuités entre les unes et les autres et de s’interroger sur les spécificités de la situation coloniale.  Il s’agit ainsi de s’intéresser à une politique coloniale, conçue par ses acteurs, comme l’exportation outre-Méditerranée de l’institution pénitentiaire française ; une politique qui ne consiste pas cependant en une simple reproduction, dans la colonie, du modèle métropolitain. Elle connaît des ajustements au terrain algérien. S’agissant d’une politique mise en œuvre avec la conquête de l’Algérie, cette histoire de la prison algérienne commence avec le début de la colonisation, en 1830, bien qu’il faille la replacer dans le contexte des pratiques antérieures. Après en avoir reconstitué le processus de formation, ses transformations sur le temps long seront saisies jusqu’aux premiers emprisonnements politiques au tournant des années 1930, qui marquent un tournant majeur dans l’histoire de la prison coloniale française en Algérie.

PUBLICATIONS

Articles et ouvrages collectifs

« Un établissement pénitentiaire singulier dans « l’archipel punitif » de l’armée française en Algérie : l’établissement des fers de Douera puis Bône (1855-1858) », in L’ Année du Maghreb n°20, CNRS Editions, 2019/1, p. 35-57.

« Pour une histoire de la prison pénale en situation coloniale : le cas de l’Algérie, de la conquête au tournant du siècle », in Jean-Manuel Larralde, Benjamin Levy et Anne Simon (dir.), Privations de liberté, Paris, éditions Mare et Martin, 2018, p. 269-279.

COMMUNICATIONS

« Des messalistes dans la Bastille de Barberousse: la prison algérienne à l’épreuve des politiques sous le Front populaire », 4e Congrès du GIS MOMM, juin 2021 (reporté)

« A l’épreuve de la « Bastille de Barberousse » : trajectoire carcérale d’Arezki Kehal et des messalistes du PPA au cours des années 1930 », Nocturnes de l’Histoire, L’ Alcazar, Marseille, 1er avril 2020 (reporté)

« Sur l’établissement des fers de Douera puis Bône en Algérie coloniale», communication à l’occasion de la journée d’études « Le Maghreb et les prisons coloniales françaises », Université de Rouen, 19 septembre 2019

« L’idéologie carcérale et sa mise en pratique en Algérie coloniale au XIXe siècle : l’exemple d’une expérience pénitentiaire singulière dans l’établissement des fers de Douera puis Bône (1855-1858) », communication au CESDIP (Paris), 4 décembre 2018

« Transposer la prison pénale en situation coloniale : le cas de l’Algérie, de la conquête au tournant du siècle », Journée d’étude sur le monde carcéral organisée par l’EHESS (Paris), 2 juin 2016

« Pour une histoire de la prison pénale en situation coloniale: le cas de l’Algérie, de la conquête au tournant du XIXe-XXe siècle », Colloque Jeunes Chercheurs organisé par l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne de l’Université Paris 1 et le Centre de Recherches sur les Droits Fondamentaux et les Evolutions du Droit de l’Université de Caen-Normandie, mars 2016

« Ecrire l’histoire de la prison pénale en situation coloniale : le cas de l’Algérie », séminaire de Doctorat « Histoire sociale de l’Algérie coloniale », Centre d’Histoire Sociale, Paris 1 – Panthéon Sorbonne, mars 2016

« Prison et enfermement punitif dans l’Algérie coloniale », Colloque international à Constantine consacré au « Maghreb au XIXe s : approches historiographiques comparées », février 2016